Charles Manson-les grandes affaires criminels



Albert fish

Voila un cas très particulier de cannibalisme, ce grand père très spécial vous ferras voir d’un autre oeil tout nos petit grand- père si calme et sage que l’ont a souvent l’occasion de voir ou de côtoyer tout les jours. ATTENTION AUX AMES SENSIBLES

Découvrez la biographie de Albert FISH

Albert Fish, né le 19/05/1870 (mort le 16/01/1936) est un célèbre tueur en série et cannibale américain. Il a vie une vie entièrement dévouée aux perversion sexuelles sous toutes les formes : pornographie, fétichisme sexuel, voyeurisme, sadisme, masochisme, flagellation active, auto castration, bestialité, prostitution, coprophilie, coprophagie, bien sur cannibalisme.

Albert déclare être issu d’une longue famille de malade mentaux. Il est le plus jeunes d’une famille de quatre enfants, ça mère étant incapable de s’occuper de lui, elle le met dans un orphelinat ou il est fouetté et battu. Il se marie en 1898, il aura 6 enfants

Il est arrêté en 1930 pour obscénité, un médecin l’analyse et déclare qu’il est sadomasochiste : il se livrait a l’auto-mutilation, s’introduisait des aiguilles dans le corps, la plupart du temps autour de ses parties génitales. Albert Fish dis qu’il essaya de mettre une aiguille dans le scutum mais que ce fut trop douloureux, et il avait des aiguilles dans son bassin. Il introduisait aussi des boules de cotons imbibées d’essence dans son rectum pour ensuite y mettre le feu, il se fouettait avec une planche truffée de clous jusqu’au sang. On a dis qu’il consommait non seulement la chair de ses victimes, mais également leur urine, le sang et leurs excréments.

Ses meurtres comprennent souvent une longue torture avant la mise à mort de ses victime. Il attachait les enfants et les fouettait avec une ceinture coupée à moitié avec des ongles collés dedans pour « attendrir la chair pour la cuisine ». On ne sait pas exactement combien de victimes il a fait, son psy de l’époque avec qui Albert noua des relations de confiance réelles et profondes, pense que ce nombre dépassait 400, ce qui dans ce cas, propulserait ce cannibale mangeur d’enfants au rang du plus grand criminel de tout les temps.

Parmis la multitude d’atrocités qu’il s’égrainent au fil des audiences, relevons certain cas :

- Grace Budd, 10 ans :Il « emprunte » la fillette à ses parents, leur faisant croire à une fête d’anniversaire, ils ne reverront jamais plus leur enfant.
Il emmène la fillette avec lui à la gare et tous deux prennent le train pour Westchester. Arrivés à destination, ils se rendent à Greenbourgh. Albert Fish y a repéré depuis longtemps une maison à l’écart, près d’un bois, abandonnée depuis plusieurs années.
Depuis le matin, il porte sur lui un paquet. C’est ce qu’il appelle lui-même « les instruments de l’enfer » : une scie, un hachoir et un couteau à désosser de boucher.
Tandis que la gamine cueille quelques fleurs dans le jardin, il monte au premier, se déshabille pour éviter les éclaboussures de sang et l’appelle par la fenêtre. Elle monte. Immédiatement, il s’en saisit, la bat, l’étrangle puis la saigne.
Il recueille le sang qui gicle de la gorge dans un vieux bidon de vingt litres. Il coupe ensuite le corps en trois : la tête, et le tronc sectionné en deux au niveau du nombril. Il prélève quelques morceaux de chair sur les avant-bras et rentre chez lui les préparer avec des carottes et des pommes de terre, non sans avoir ajouté un bouillon en cube.
Pendant plus d’une semaine, il va retourner tous les jours à la maison abandonnée se réapprovisionner en chair et organes humains, qu’il ramène à son domicile et mange après préparation, allongé sur son lit. Au bout de quelques jours, le cadavre éparpillé de la petite fille commence à faisander et des centaines de mouches y font leurs œuvres. Aucune importance, il ne cesse de varier les recettes. « Ces repas me mettent dans un état d’orgasme perpétuel. »Il fut exécuter sur la chaise électrique, le 16/01/1936 et on dû si reprendre à 2 fois à cause de courts-circuits occasionnés par les aiguilles qu’il avait planté dans son corps.

extrait de jesuismort.com



Definition-la paraphilie

La paraphilie est un terme en usage milieux psychiatrique aux Etats-Unis, qui désigne toute conduite sexuelle déviante par rapport au monopole d’une hétérosexualité puritaine. (Définition de WIKIPEDIA) et non de moi. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Si la seule attirance ou le fantasme paraphilique n’est généralement pas condamnable dans les sociétés modernes, surtout en occident, les actes que peuvent induire certains pararphilies sont souvent réprimés par la loi.

Les paraphilies les plus rependues :

  • l’exhibitionnisme est le fait d’obtenir du plaisir sexuel en se montrant en public.
  • le voyeurisme est le fait d’obtenir du du plaisir en observant d’autres personnes.

  • l’homosexualité, c’est à dire l’attirance sexuelle pour un individu du même sexe ; était considéré jusqu’en 1973 comme paraphilie.

Les paraphillies qui font référence à l’autorité, la douleur ou à l’humiliation :

  • le sadisme est le fait d’obtenir du plaisir en infligeant de la douleur ou des humiliations.
  • le masochisme est le fait d’obtenir du plaisir en subissant de la douleur ou humiliations.
  • le sado-masochisme,
  • le bondage, l’auto-bondage, pratique empêchant la personne de se mouvoir, l’attacher au moyen de chaînes, de sangles ou cordes dans des positions simples ou complexes.
  • la scatophilie ou attirance sexuelle pour les excréments
  • les crachats, une pratique d’humiliation et de fétichisme.
  • l’émétophilie ou attirance sexuelle pour le vomi

Citons encore :

  • l’acrotomophilie ou excitation par l’idée d’avoir des relations sexuelles avec une personne amputée
  • l’autonepiophilie et l’attirance pour les couches-culottes ou désir d’être traité comme un enfant.
  • le bouboupisme ou le pincement des tétons du partenaire ou de soit-même.
  • le coït intercrural, ou l’excitation ressentie en insérant le pénis entre les cuisses du partenaire.
  • La cryophilie ou l’éxcitation du au froid.
  • L’exibiophilie ou attirance pour les extraterrestres.
  • La lactophilieou attirance sexuelle pour les femmes allaitantes.
  • La nécrodendrphilie, ou attirance sexuelle envers les arbres morts.
  • La schoïnopentaxophile ou attirance pour les cordes de pendues
  • La trimammophilie ou fantasme de femme a trois seins.
  • Le vampirisme ou excitations sexuelle à l’idée de sucer le sang de son ou sa partenaire pendant l’acte sexuelle.

La liste n’est pas complète je n’ai pas tout mis, elle est longue et certaines paraphilies sont très « spéciales » je vous ais mis les plus connues.

extrait de wikepedia.org

 



ts-Jack l’eventreur (les lettres)

photolettre1.jpg
Cher patron,

Je continue d’entendre que la police m’a attrapé mais ils ne vont pas m’arrêter de si tôt. J’ai ri lorsqu’ils ont pris un air intelligent et ont affirmé être sur la bonne piste. Cette blague concernant Tablier de Cuir m’a vraiment fait rire. Je cherche des putains et je n’arrêterai pas de les mettre en pièces jusqu’à ce que je sois bouclé. Beau travail que mon dernier boulot. Je n’ai pas laissé à la dame le temps de couiner. Comment pourraient-ils m’attraper maintenant. J’aime mon travail et je veux recommencer. Vous allez bientôt entendre parler de moi avec mes petits jeux amusants. J’ai gardé quelques trucs rouges convenables dans une bouteille de bière au gingembre de mon dernier travail pour écrire mais c’est devenu épais comme de la colle et je ne peux pas l’utiliser. L’encre rouge convient assez j’espère ha ha. Le prochain boulot que je ferai je couperai l’oreille de la dame et l’enverrai aux officiers de Police juste pour s’amuser, n’est-ce pas. Gardez cette lettre jusqu’à ce que j’en fasse plus puis donnez-la. Mon couteau est si beau et acéré que je veux me remettre au travail immédiatement si j’en ai la chance.

Bonne chance.

Votre dévoué Jack l’Éventreur Je m’excuse si je donne mon nom de plume”. =============================================================================

Sur la même lettre, écris horizontalement : “n’était pas assez bon pour que je la poste avant que j’ai enlevé toute l’encre rouge de mes mains maudite soit-elle. Pas de chance. Ils disent que je suis un docteur. Maintenant ha ha”.

=============================================================================

L’éditeur considéra que la lettre était un faux et ne l’envoya pas à la police avant plusieurs jours. Le lundi qui suivit le double meurtre, la “Central News Agency” reçut une autre lettre, postée du 1er octobre, et portant la même écriture.

lettre2.gif

“Je n’étais pas lubrique cher vieux patron lorsque je vous ai donné ce tuyau. Vous entendrez parler du travail effronté de Jacky demain double événement cette fois numéro un a crié un peu n’ai pas pu terminer tout de suite. N’ai pas eu le temps de prendre les oreilles pour la police merci d’avoir gardé la dernière lettre jusqu’à ce que je recommence à travailler. Jack l’Éventreur” La police fit circuler les lettres dans ses services et en placarda des fac-similés sur les murs de chaque commissariat de police au cas où quelqu’un pourrait reconnaître l’écriture. Mais rien d’intéressant n’en résultat. La 3ème lettre importante fut envoyée le 16 octobre à George Lusk, le dirigeant du Comité de Vigilance de Mile End. La lettre fut envoyée avec un morceau de rein humain. Lusk en fut bouleversé. L’un des membres du comité affirma qu’il devait s’agir d’un rein d’animal préservé dans du vin et ils l’apportèrent au Docteur Thomas Openshaw, du London Hospital, afin qu’il l’examine. On publia tout et n’importe quoi sur ce que dit le Dr Openshaw, et qu’il nia par la suite. Ce dont on peut être sûr est que le Dr Openshaw établit que le rein était celui d’un être humain adulte, qui avait été préservé dans de l’alcool de vin plutôt que du formol. Il est possible que ce rein ait été atteint de la maladie de Bright (ou “néphrite”), mais les avis des médecins étaient partagés. La lettre accompagnant le rein n’avait pas été écrite par l’auteur des deux lettres signées Jack l’Éventreur. Elle comportait de nombreuses fautes d’orthographes.

lettre3.jpg

“De l’enfer,

 

Monsieur Lusk Monsieur (Sor) Je vous envoie la moitié du rein (kidne) que j’ai pris à une femme prasarvé (prasarved) pour vous l’autre (tother) morceau je l’ai frit et mangé c’était très bon (nise) je vous enverrai peut-être le couteau (knif) ensanglanté qui l’a enlevé si vous attendez (wate) un peu (a whil) plus longtemps. Signé Attrapez-moi quand vous pourrez Monsieur (Mishter) Lusk” L’une des ces lettres a-t-elle été envoyée par le véritable tueur ? Les spécialistes et les chercheurs (les “ripperologues”) considèrent souvent que les deux premières lettres sont des faux, bien qu’elles présentent des informations que seul l’assassin devait connaître. L’auteur de la lettre dit qu’il enverra des oreilles à la police, mais le tueur ne l’a jamais fait. Le lobe de l’oreille de Kate Eddowes était coupé, mais sûrement par un coup de couteau visant le visage. Vu les mutilations qu’il a pu accomplir, le tueur aurait eu largement le temps de lui couper les oreilles s’il en avait eu l’envie. La prévision des deux meurtres durant la même nuit a été présentée comme une preuve que ces lettres étaient authentiques. Toutefois, la lettre a été postée le matin du 1er octobre (le timbrage l’indique), alors que tout l’est de Londres bourdonnait déjà de la découverte du double meurtre. Tout le monde était au courant dès le dimanche et en parlait. Ce n’était donc pas une prévision. L’auteur des deux lettres affirme également que Liz Stride a crié mais seul un des nombreux témoins a affirmé avoir entendu une femme crier. Les autres témoins n’ont rien entendu de toute la nuit. Déjà à l’époque, Scotland Yard pensait que cette lettre avait été écrite par “un journaliste trop imaginatif“. L’enveloppe de la première lettre était timbrée “London EC”, des districts de Gray’s Inn Road et Fleet Street, siège de la très grande majorité des journaux. Par la suite, les hauts gradés de la police affirmèrent catégoriquement que ces deux lettres étaient l’oeuvre d’un journaliste. La lettre adressée à Monsieur Lusk semble plus plausible. Le Dr Brown, lors de l’autopsie de Catharine Eddowes, indiqua que son rein encore présent était “pâle, exsangue, avec une légère congestion à la base des pyramides”, ce qui décrit les symptômes de la maladie de Bright. Kate Eddows en souffrait vraisemblablement. Il est possible que la troisième lettre ait véritablement été écrite par l’Éventreur et que le rein ait appartenu à Kate Eddows, mais on ne peut absolument pas le prouver de nos jours.

extrait tiré de tueurenserie.org



ts-Jack l’eventreur-Emission mystère



ts-Jack l’eventreur-Jack the ripper partie 1



ts-Jack l’eventreur-Jack the ripper partie 2



ts-Jack l’eventreur-Jack the ripper partie 3



Jeffrey Dahmer Le cannibale de Milwaukee

Dahmer, Jeffrey


Nom :Jeffrey Lionel Dahmer
Surnom :« Le Cannibale de Milwaukee

Né le :21 mai 1960 , à Milwaukee
Mort le : 28 novembre 1994 (assassiné par un autre prisonnier).

Petit, Dahmer dépeçait des animaux. Devenu adulte, il a violé, assassiné et démembré de jeunes hommes. Il était nécrophile et cannibale. Il s’est attaqué à des sans-abri, homosexuels, noirs ou asiatiques : la police ne se préoccupait pas de leur disparition, si jamais elle était au courant. Il découpait les corps en morceaux, les jetait dans de l’acide, ou les mangeait, ou les gardait dans son frigo ou, encore, en décorait sa cheminée… Lors de son jugement, tout le monde a été frappé par sa froideur absolue.

les voisins de Dahmer commencèrent à se plaindre de l’odeur putride qui venait de son appartement. Dahmer expliqua au propriétaire que son réfrigérateur était cassé, mais qu’il allait le réparer le plus rapidement possible.

Une boîte de bicarbonate de soude dans le réfrigérateur absorbait difficilement l’odeur de décomposition de la tête coupée. Dans le frigo, il y avait trois autres têtes, côte à côte dans des sacs plastiques fermés, ainsi qu’un coeur.
Anne E. Schwartz, la journaliste qui fut la première sur les lieux, décrit ce qu’elle vit dans son livre « The Man Who Could Not Kill Enough » : « …au fond du placard, il y avait une marmite métallique qui contenait des mains et des pénis décomposés. Sur l’étagère, il y avait deux crânes. Dans le placard, il y avait aussi des récipients d’alcool, de chloroforme et de formaldéhyde, ainsi que des bocaux contenant des organes génitaux préservés dans du formaldéhyde… »
« Trois autres crânes furent trouvés dans une commode. Une penderie contenait un squelette complet, des scalps humains desséchés, et des organes génitaux. Dans une boîte, il y avait deux autres crânes. Dans une cuve de 260 litres d’acide, la police trouva trois torses humains dans différents états de décomposition… »

Certains des Polaroids avaient été pris par Dahmer alors qu’il démembrait ses victimes. « L’un représentait la tête d’un homme dans un évier. Un autre montrait une victime incisée du cou à l’aine, comme un cerf étripé après la chasse, avec une coupure si nette qu’on pouvait voir l’os pelvien ».
Certaines de ses photos montraient ses victimes avant qu’il ne les tue, dans diverses poses érotiques ou lors de séances de « bondage ».

Dahmer fut condamné 15 fois à la prison à vie ou un total de 957 années de prison.

extrait de tueurensérie.org

Voila des courts extrait du portrait de Jeffrey Dahmer, des morceaux choisies pour vous intrigués et vous pousser a en savoir plus. Pour cela je vous laisse le lien suivant pour consulter ca biographie compléte.



Ted Bundy,Les Grandes Affaires Criminelles – Partie 1



123456...8

sodail couture |
pecheur33 |
porcelina |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chiara
| Les apprentis comédiens
| mes ouvrages