Evènement – Festival du jeux 8 et 9 Novembre 2014 – Anthy sur Léman

abc jeux 74

Et voilà ! la première édition de l’ABC Jeux Festival arrive.

Pour jouer, faire jouer, découvrir, partager des moments ludiques encore trop peu présents par chez nous.

Au programme :

- Une centaine de jeux de société divers et variés pour les petits, dès 3 ans, mais aussi pour les grands, afin que tout le monde puisse trouver des dés à sa main.

- Différentes thématiques pour vous faire voyager aux travers des histoires de chaque jeu.

- Bruno Cathala, auteur et/ou co-auteur des derniers Five Tribes et Abyss sera de la partie.

- Des ateliers de création de jeux en bois ou d’illustrations seront proposés.

- La ludothèque de Thonon-les-Bains construira un espace Playmobile pour que vous puissiez vous raconter vos propres histoires.

- JOUECLUB animera et proposera un stand de vente pour que vous puissiez repartir avec vos jeux coups de coeur à prix réduits.

- Une initiation au jeu de Go vous sera faite par l’association GO CLUB ALLINGE.

- L’association LEMANDRAGORE, d’Ambilly, nous apportera une belle sélection de grands jeux en bois.

- Une nocturne le premier soir jusqu’à minuit pour les plus tenaces !!

- Buvette et restauration sur place.

- Et pour que tout le monde puisse en profité l’entrée sera gratuite.

Le samedi 8 de 10h à minuit

Le dimanche 9 de 10h à 18h

Si certains d’entre vous ont l’âme joueuse et souhaiteraient rejoindre l’équipe de bénévoles de l’ABC Jeux, n’hésitez pas à nous contacter.

Au plaisir de jouer en votre compagnie.
Site web: Abc jeux 74
Contact: enfance.bcj [@] orange.fr
Catégorie: Festival
Adresse:
Rue des pêcheurs ESPACE DU LAC
74200 ANTHY-SUR-LEMAN, FRANCE

Voir aussi Zombicide qui vous seras un des jeux du festival !

Tête réduite – Les « tsantzas »

190pxcabezareducidajbaromamricamadrid01.jpg
Les « tsantzas » sont apparues il y a plusieurs milliers d’années.

La réalisation d’une tsantza est une quête spirituelle réalisée dans la célébration d’un rituel immuable. C’est un acte guidé par une certaine notion de justice, mais surtout de vengeance. Ainsi, pour se venger d’un homme, on va se battre avec lui, puis, une fois l’adversaire tué, on va le décapiter et faire réduire sa tête tout en prenant soin de bien emprisonner son esprit vengeur (« Muisak ») à l’intérieur. Parfois, afin d’éviter de futurs problèmes, la famille de l’adversaire est également assassinée et leurs têtes sont réduites. Ces pratiques tribales violentes ont effrayé les conquistadors lors de leur découverte des Jivaros[1]. De violents affrontements ont eu lieu entre les Shuars et les Espagnols. Les dizaines de milliers de têtes espagnoles qui furent réduites en un demi-siècle de combats contribuèrent à alimenter la légende des « sanguinaires» Shuars réducteurs de têtes.

tetereduite.jpg

Fabrication 

La fabrication d’une tsantsa est une tâche qui prend près d’une semaine.

Immédiatement après l’assassinat, la victime est soigneusement décapitée selon une technique particulière. Le tueur découpe la peau autour du buste de la victime avant de détacher la tête et de s’enfuir avec son trophée. Une fois en sécurité, l’assassin entaille la nuque et le cou de la tête afin de pouvoir facilement en ôter le crâne. Ce dernier est ensuite jeté à la rivière en tant que présent à la divinité pani, le dieu anaconda.

Les yeux sont ensuite soigneusement cousus et la bouche est sertie à l’aide de pitons en bois, les chountas. Le « masque » est mis à tremper dans une décoction de baies pendant près de deux heures, une prolongation de ce traitement pouvant entraîner la chute des cheveux. À l’issue de cette étape, la peau est sombre et caoutchouteuse, et la taille de la tête a été réduite au tiers de sa taille originelle.

Le « masque » est retourné afin de pouvoir racler au couteau la chair encore éventuellement accrochée à la peau, puis il est remis à l’endroit et les incisions du cou sont cousues.

L’opération finale consiste à remplir la tsantsa avec des pierres chauffées. Les pierres sont insérées une à une par le cou et continuellement tournées afin d’éviter les brûlures. Lorsque l’on ne peut plus insérer la moindre pierre, du sable chaud est introduit afin de combler les espaces (cette étape devra être reconduite régulièrement). Du charbon est frotté sur l’extérieur du visage afin de lui conférer une certaine étanchéité et de pouvoir modeler la peau. Les cheveux superflus sont brûlés et la tsantsa est accrochée au-dessus d’un feu afin qu’elle soit solidifiée et noircie. Une machette chauffée est appliquée sur les lèvres pour les sécher, après quoi les trois chountas sont retirés et remplacés par des ficelles.

Lors du dernier jour de la semaine de fabrication, la tête est emportée en forêt pour subir sa première célébration : un trou est effectué sur le haut du crâne, un double kamai est inséré et fixé à un chounta à l’intérieur de la tête, ainsi, la tsantsa pourra être portée autour du cou du guerrier, lui apportant son pouvoir personnel, son arutam.

Une attention particulière est portée à garder l’apparence originelle du visage de la victime. Les coutures ont pour but d’emprisonner le « Muisak » à l’intérieur de la tsantsa.

Source fr.wikipedia.org rien a rajouter de plus ;)

http://www.dailymotion.com/video/xbgolh

objets dans l espace, videos Nasa

Vue de l’éspace : Hurricaines

Vue de l'éspace : Hurricaines dans Merveilles de la nature hurric10

hurric11 dans Merveilles de la nature

hurric12

hurric13

hurric14

Vue de l’éspace

 GREENLAND

Vue de l'éspace dans Merveilles de la nature greenl10

 

 SAHARA

sahara10 dans Merveilles de la nature

 

Mothman-L’homme papillion/phalène

Merci a Nananath (nananath.unblog.Fr) qui se reconnaîtra qui ma fait découvrir Mothman !!!!  Mothman-L'homme papillion/phalène dans Animaux mysterieux 000201C5 

hommesphalenes.bmp 

L’homme-papillon ou homme-phalène est une créature ailée mystérieuse qui aurait été observée dans plusieurs pays, notamment à Point Pleasant dans l’État de la Virginie-Occidentale, aux États-Unis, en 1966. Connue outre-atlantique sous le nom de Mothman, cette créature mythique, photographiée à quelques reprises, semble apparaître durant les derniers instants précédant une catastrophe.Histoire :
La première apparition de l’homme phalène n’est pas datée. On sait cependant que cette créature a été observée et décrite de façon identique dans de nombreux pays, notamment en Chine, en ex-URSS, au Chili, en Géorgie, et dans de nombreuses régions du Moyen-Orient. La multiplicité de ces signalements, dont les premiers rapportés remontent au début du XIXe siècle, conjuguée à des descriptions étonnamment similaires, complique les analyses des chercheurs.

L’une des plus incroyables apparitions datées de l’homme-phalène remonte au 12 novembre 1966. Ce soir-là, cinq hommes préparaient une tombe dans un petit cimetière près de Clendenin en Virginie-Occidentale (États-Unis), lorsque ce qu’ils décrivirent comme une « forme humaine brunâtre avec des ailes » prit son envol depuis un bosquet à proximité des lieux et passa au-dessus de leurs têtes. Toutefois, cette apparition ne fut pas tout de suite rendue publique ; elle ne fut reprise que trois jours plus tard par les médias américains.

Cet évènement allait être suivi de nombreux autres, toujours localisés dans la région. Tard dans la nuit du 15 novembre, deux jeunes couples mariés de Point Pleasant, Roger et Linda Scarberry ainsi que Steve et Mary Mallette, sortirent se promener en voiture. Ils passèrent devant une usine de fabrication de TNT (datant de de la Seconde Guerre mondiale) à environ 11 kilomêtres à l’extérieur de Point Pleasant (à 10 kilomêtres de McClintic Wildlife Station), lorsqu’ils aperçurent deux étranges lueurs rouges dans l’obscurité, à côté d’un vieux réservoir proche de la clôture de l’usine. Ils s’arrêtèrent et furent impressionnés de voir qu’il s’agissait d’yeux brillants provenant manifestement d’un gros animal, « de forme humaine, mais plus gros, peut-être six et demi ou sept pieds de hauteur (2m10 environ) ; avec de grosses ailes rabattues sur le dos », selon Roger Scarberry. Terrifiés, les deux couples prirent la fuite en direction de la Route 62. En prenant la sortie, ils virent encore la créature, qui se tenait sur le bas-côté de la route. Elle écarta ses ailes et s’envola, en prenant en chasse l’automobile. Les témoins affirmèrent avoir tenté de prendre de vitesse la « chose » en roulant jusqu’à la vitesse de 100 miles par heure (environ 160 km/h), mais sans succès : la créature les suivait toujours de près et « ne battait presque pas des ailes », selon leur témoignage. Lorsqu’ils approchèrent de la ville, la créature disparut. Ils se rendirent alors au palais de justice de Mason County et racontèrent leur histoire au député Millard Halstead, qui, questionné plus tard, aurait déclaré : « Je connais ces enfants depuis longtemps. Ils n’ont jamais eu de problème avec la justice et ils étaient vraiment apeurés cette nuit-là. Je les ai pris au sérieux ». Il se rendit sur les lieux de l’observation, mais ne trouva aucune trace de l’étrange créature.

La nuit suivante, le 16 novembre, les citadins locaux, armés, organisèrent une battue dans la zone environnante de l’usine de TNT pour tenter de dénicher la créature. M. et Mme Raymond Wamsley, ainsi que Mme Marcella Bennett et sa fille cadette Teena partaient en voiture rendre visite à des amis, M. et Mme Ralph Thomas, qui vivaient dans un bungalow parmi les « igloos » (structures en forme de dôme érigées pour le stockage d’explosifs pendant la Seconde Guerre mondiale) près de l’usine de TNT. Les igloos n’étaient pas vides, quelques-uns appartenaient au comté, d’autres à des entreprises qui s’en servaient comme espace de stockage. Aussitôt sortis de la voiture, ils virent une figure apparaître derrière l’automobile en stationnement. C’est à cette endroit qu’eut lieu la deuxième observation de l’homme phalène. Mme Bennett déclara plus tard que c’était comme si cette « chose » se relevait lentement du sol, large et grise, avec des yeux rougeoyants. Pendant que Wamsley téléphonait à la police, la créature avança sous le porche de la maison et les dévisagea au travers de la fenêtre.

Le 24 novembre, quatre personnes virent la créature voler au dessus de la zone de l’usine TNT. Le matin du 25 novembre, Thomas Ury, qui conduisait sur la Route 62 au nord de l’usine, dit avoir vu la créature se tenir dans le champ près de la route, ouvrir ses ailes et décoller, en suivant son automobile alors qu’il filait vers Point Pleasant pour relater l’évènement au shérif.

Le 26 novembre, Mme Ruth Foster de Charleston Virginie-Occidentale, banlieue de St. Albans, dit avoir vu ce qu’on appelait déjà le mothman (homme-phalène) se tenir sur sa pelouse, mais il n’était plus là lorsque son beau-frère vérifia. Le matin du 27 novembre, la créature poursuivit une jeune femme près de Mason, Virginie-Occidentale, ce qui fut rapporté de nouveau à St. Albans la même nuit par deux enfants.

L’homme-phalène fut aperçu une autre fois le 11 janvier 1967, et encore à plusieurs reprises dans l’année. Il faut cependant considérer avec prudence les derniers témoignages, du fait de l’influence des premières observations sur la population: dans une atmosphère américaine prise de fièvre de l’irrationnel, et particulièrement pour la vie extra-terrestre, les derniers cas survenus à Point Pleasant semblent peu fiables.

Le 15 décembre 1967, l’autoroute 35 reliant Point Pleasant, (Virginie) et Kanauga, (Ohio) proche du lieu des apparations, s’effondre dans la rivière Ohio, tuant 46 personnes, dont Marvin Wamsley.

Pour les observateurs, l’effondrement du pont semble être en lien étroit avec les apparitions de l’homme-phalène : une des premières théories avancées suppose que la créature jouait, par ses apparitions successives à proximité du lieu de la catastrophe, le rôle d’annonciatrice de l’imminence du drame.

Un livre de John A. Keel et un film de Mark Pellington (avec Richard Gere, Laura Linney, Will Patton…) traite des évènements de Point Pleasant : La Prophétie des Ombres (The Mothman Prophecies).

New York, 11 septembre 2001 Le jour tristement célèbre où les États-Unis sont entrés dans la terreur et où des milliers de gens ont perdu la vie dans l’effondrement du World Trade Center à New York est marqué par des témoignages rapportant la présence de l’homme-phalène à proximité des lieux du drame. Une étonnante photo de la créature a même été prise par le photographe Steven Moran, qui couvrait un tournage de la chaîne WTC et prenait à cet instant sur Greenwich Street des clichés des opérations de secours suite aux attentats. Les experts n’ont pu à ce jour confirmer ou infirmer l’authenticité du cliché.

Le sanatorium de Waverly Hills (images)

lesanatoriumen1926.bmp

Vous avez peut-être déjà entendu parler du sanatorium de Waverly Hills. Lieu considéré comme étant l’un des endroits les plus hantés des États-Unis, lieu qui a tellement été hanté par des décennies de souffrance.

Situé près de Louisville aux États-Unis dans l’état du Kentucky, le sanatorium de Waverly Hills ouvre ses portes en 1910 afin de traiter les victimes souffrant de la tuberculose, maladie également connu sous le nom de consomption. Ce qui était au début qu’un petit hôpital est rapidement devenu en 1924 un grand établissement avec plus de 400 salles et un équipement des plus modernes. L’établissement ferme ses portes en 1961, mais les ouvrent à nouveau en 1962 comme centre gériatrique de Woodhaven, pour les refermer définitivement en 1982, laissant place aux vandalismes.

lepremierhopitalen1991.bmp

                           

 

De nombreuses histoires circulent au sujet des mauvais traitements infligés aux patients. Ceux qui y étaient internés n’avaient aucune possibilité de sortir pour cause de quarantaine, environ 63 000 personnes y sont mortes après avoir été victime d’expériences supposément médicales, des expériences telle la thoracoplastie qui consistait à scier les côtes pour que les poumons se dilatent. Seulement 5% des patients survivaient à ce traitement sanglant. 

Plus de 63 000 patients sont décédés entre les murs du sanatorium et chaque fois qu’un décès était constaté, pour ne pas que les autres patients se doutent de quelque chose, les morts étaient emmenés de nuit dans ce que les gens de la région ont appelé “Le tunnel de la mort”. C’était une longue galerie qui courait sur plus de 150 mètres sous l’hôpital et qui menait vers une voie ferrée ou les corps étaient emportés.

Le sanatorium Hanté ????

sana.bmp

 

Après sa fermeture en 1961, toutes sortes de faits mystérieux ont été racontés par ceux qui avaient été visité le sanatorium. Les ombres, les lumières volantes et les chuchotements font partie de ses récits.

cafeteria.bmp

Il paraît que tôt le matin, si vous marchez près de la cafétéria, vous pouvez sentir le faible arôme des petits déjeuners et ce malgré qu’aucun repas ne fut servis depuis 1982. On peut également apercevoir l’esprit d’un homme habillé de blanc erré dans la cafétéria ou la cuisine. Personne ne sait de qui il s’agit, mais certains pensent qu’il est l’esprit d’un vieil employé de Waverly qui aurait contracté la tuberculose et en est mort. Des ombres furent aperçus par de nombreuses personnes. L’ombre d’un homme a été vu et même photographié dans la cour avant du bâtiment.

 

Le  fantôme d’une vielle femme fut souvent aperçu dans l’entrée principale. Parfois elle reste près de la porte avant. Elle aurait les mains et les jambes enchaînées, ses poignets et ses chevilles saignent. Elle pleure qu’on vienne l’aider et puis elle disparait.  Beaucoup de gens ont vue une petite fille au troisième étage qui est connue sous le nom de Mary. Certains disent qu’elle joue avec une balle, d’autre on seulement entendu la balle rebondir sur le plancher ou dégringolant l’escalier. Ce rebondissement de balle fut aussi attribué à un petit garçon. Un homme dit qu’il a déjà rencontré une petite fille qui n’avait pas l’air normal. Elle disait qu’elle n’avait pas de yeux. L’homme fut tellement terrifié qu’il n’a plus jamais voulu retourner à l’intérieur du sanatorium

 

toitdelhopital.bmp

Sur le toit de l’hôpital, certains ont entendu des enfants chanter cette continue « Ring around the Rosy « . Mais pourquoi des esprits d’enfants seraient-ils sur le toit ? Lorsque l’hôpital était en service, les enfants aux prises avec la tuberculose étaient placés sur le toit pour les traitements d’héliothérapie, ce qui consistait à les exposer aux rayons supposément curatif du soleil. Le quatrième étage est considéré comme étant le secteur le plus effrayant et le plus actif de l’hôpital. Des gens y ont vu des ombres, des apparitions de personnes marchant dans les corridors et entendu des portes claquer fréquemment, et ce pour aucune raison apparente.

 Des voix ont souvent été entendues le long du tunnel de la mort.

 

letuneldelamort.bmp

D’autre phénomène: Un garde a vu une tête flotter dans une des salles tard la nuit. Il a crié et s’est précipité en bas ou il est sorti en trombe. Il n’est plus jamais revenu au sanatorium. Beaucoup de gens ont également rapporté avoir vu des lumières dans le bâtiment la nuit, bien qu’il n’y est plus d’électricité depuis plusieurs années. Un garde de sécurité a par le passé rapporté qu’il avait vu une télévision jouant dans l’une des chambres du troisième étage. De l’extérieur, il pouvait voir ce qui lui semblait être le reflet de la télévision. Lorsqu’il est arrivé en haut pour vérifier, il n’y avait absolument rien.

Des bruits de pas, des bruits de chuchotements et des bruits de portes qui se referment furent entendu par plusieurs dans le hall de Waverly. Même des  E.V.P furent enregistré… 

 

La chambre 502 

 

lasalle502a.bmp                    lasalle502.bmp

L’une des légendes les plus célèbres concernant le sanatorium de Waverly Hills est celle de la salle 502 situé au 5e étage de l’établissement. Il y a beaucoup de variations, mais la légende raconte la tragédie de deux infirmières qui s’y seraient suicidés. La salle 502 a attirée bon nombre de curieux et de chercheurs. Certains d’entre eux ont vu des ombres se déplacer par les fenêtres et entendu des voix dirent “Sortez”

Il y a beaucoup de spéculations au sujet du 5e étage, mais ce qu’on sait, c’est que des patients atteint de tuberculose et mentalement aliénés on séjournés à cette étage. En 1928, l’infirmière principale a été retrouvée pendu au plafond de la salle 502. Selon de plus amples recherches, elle était âgée de 29 ans, était célibataire et enceinte. Sa mort fut classée comme étant un suicide par le bureau du coroner du comté et ce ne fut pas la dernière tragédie à avoir lieu à cet endroit ….

En 1932, une autre infirmière qui était en charge de la salle 502 a sauté par la fenêtre et fut retrouvé morte. Rien à l’époque n’explique pourquoi elle a fait ça, ni aucune preuve n’a été faite pour savoir si elle avait sauté ou que quelqu’un l’avait poussé.

Plusieurs personnes disent avoir vu l’apparition fantomatique d’une jeune infirmière à cette étage, d’autres ont également rapporté que la salle 502, une fois qu’on était l’intérieur, on pouvait ressentir un sentiment de désespoir. Plusieurs ombres ont été également aperçus et des voix entendues. 

 

 

Autre fois

À l’époque ou le Sanatorium était en fonction, il existait bon nombre de bâtiments sur la propriété de Waverly Hills qui étaient associés au bâtiment principal du sanatorium. Il y avait l’hôpital original, le pavillon des enfants, le pavillon des hommes, l’hôpital ethnique, le dortoir des infirmières (démoli en 1995-96), les logements pour les internes, 9 résidences pour les médecins, la salle des chaudières, la salle de blanchissement, le bâtiment du traitement des eaux, atelier, garage, le bâtiment pour la génératrice, l’usine de chauffage et la morgue/crématorium. Actuellement il ne reste que trois bâtiments sans compter le bâtiment principal. Ces bâtiments sont: La salle de blanchissement, la salle des chaudières et le bâtiment du traitement des eaux.

L’hôpital ethnique

lhopitalethnique.bmp

L’hôpital des hommes

lepavillondeshommes.bmp

 Le pavillon des enfants

lepavillondesenfants.bmp

 Le dortoire des infirmières

ledortoiredesinfirmires.bmp

Le sanatorium en 1926

 

Voici ce qui se trouvait sur les cinq étages du sanatorium :

Première étage : L’entrée, le solarium pour les patients, les bureaux, le laboratoire médical, la salle des rayons X, une station d’infirmières, magasins et salon de coiffure, un dentiste, l’aile nord conduisait au tunnel de la mort, une bibliothèque, salle des transformateurs, la chambre froide et pièce pour l’entreposage de la nourriture, une petite morgue et le bureau d’entretien.

Deuxième étage : La cuisine, la boulangerie et les salles à manger. Une salle de chirurgie et traitement, un solarium pour les patients, une cuisinette, une chapelle et deux stations d’infirmières.

Troisième étage : Une salle de chirurgie et traitement, un solarium pour les patients, une cuisinette, deux stations d’infirmières et une salle de thérapie.

Quatrième étage : Salle principale pour la chirurgie, salle de rétablissement, une salle d’attente, une salle de chirurgie et traitement, un solarium pour les patients, une cuisinette et deux stations d’infirmières.

Cinquième étage : Le cinquième étage était réservé pour le département d’héliothérapie, ou les patients étaient traités avec la lumière du soleil (1926). Les enfants avaient l’espace sur le toit pour les bains de soleil.

      souslesfenetre.bmp     lepremierhopitalen1991.bmp    

 

vidéo a voir aussi : clic 

et ici 

bonne vidéos …
 

sodail couture |
pecheur33 |
porcelina |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chiara
| Les apprentis comédiens
| mes ouvrages